Actualite Société

Université Norbert Zongo : Nous comprenons la lutte des travailleurs contre l’IUTS mais nos revendications portent sur nos problèmes à l’université (Fernand Bazo, porte-parole de la coalition)

Après la marche et le meeting voulus par les délégués des UFR (unité de formation et de recherche) du 30 juin portant sur la reprise totale des activités pédagogiques au sein de l’université Norbert Zongo, des syndicats estudiantins (ANEB, FESCIBF, FNEEB et UNEF) ont annoncé lundi une manifestation le 9 juillet pour exiger la satisfaction de leur plateforme revendicative lors d’une conférence de presse.

A travers cette marche, les étudiants disent dénoncer le silence des autorités après la manifestation du 30 juin a motivé le regroupement des syndicats des étudiants qui ont déposé une plateforme à la présidence de l’UNZ exigeant entre autres la reprise normale des activités académiques et pédagogiques, le paiement intégral de l’aide FONER aux étudiants ayant déposé leurs dossiers, l’ouverture de tous les points de service de restauration universitaire, la construction, entretien et équipement d’infrastructures et l’abrogation de deux arrêtés pris en 2019. “Par exemple, ces actes interdisent la double inscription qui pouvait permettre à l’étudiant de rattraper un semestre tout en poursuivant les autres, excluent l’étudiant en master s’il n’a pas une bonne moyenne à un semestre alors que des situations peuvent nous empêcher de composer des devoirs. Même les sessions de rattrapage des semestres 1 et 2 seront uniques. Au lieu de résoudre nos préoccupations, les autorités prennent des arrêtés qui vont durcir nos conditions”, dénonce Fernand Bazo, président de l’ANEB et porte-parole de la coalition des syndicats des étudiants de l’université Norbert Zongo (ANEB, FESCIBF, FNEEB et UNEF).

A propos de la suppression de l’IUTS (impôt unique sur les traitements et salaire) sur les primes et indemnités des travailleurs, les conférenciers disent soutenir leurs zenseignats . ‘’La reprise totale des activités académiques est liée à ce problème de l’IUTS. Il est normal que le gouvernement lève cet impôt. Nous comprenons la lutte des travailleurs contre l’IUTS mais nos revendications portent sur nos problèmes à l’université. Il revient au gouvernement de trouver les voies et moyens pour cette reprise’’ renchérit Fernand Bazo.

C’est la première fois que les syndicats d’étudiants à Koudougou forment une coalition pour mener des luttes. Le 12 mars 2012, des militants de l’ANEB (association nationale des étudiants du Burkina) et de l’UNEF (union nationale des étudiants du Faso) venus de Ouaga et de Bobo se sont affrontés à Koudougou faisant des blessés pour l’occupation d’un espace.

Sabouna Ouédraogo, correspondant Koudougou

Une reponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *