Société

Protection des retenues d’eau : la police de l’eau fait une mise à jour des stratégies utilisées

La Police de l’eau de la direction régionale du centre a organisé mardi une rencontre de concertation sur la stratégie de libération des abords de retenues d’eau. Cette rencontre de la direction régionale de l’eau et de l’assainissement du centre avec des structures techniques concernées par les problématiques liées à ces ouvrages avait pour but de dégager des pistes de solutions pour leur sauvegarde.

« La police de l’eau a pour mission de veiller sur l’application de la réglementation en matière de l’eau. C’est dans ce sens qu’elle a fait une sortie le 19 de ce mois sur les 3 barrages. Outre le prélèvement illégal des eaux et la culture maraîchère, elle a constaté d’autres pratiques polluantes », a indiqué Seimata Oubian, directrice régionale de l’institution. Outre le prélèvement illégal des eaux et la culture maraîchère, elle a constaté d’autres pratiques polluantes.

« Les conséquences sont multiples. Le coût du traitement et la production par l’ONEA, office national de l’eau et de l’assainissement des eaux des barrages qui approvisionnement 30% des ouagalais, l’assèchement, et la pollution”, a déclaré Seydou Sanou chef de service police de l’eau à la direction régionale de l’eau du centre. Les conséquences sont multiples.

Le coût du traitement et la production par l’ONEA, office national de l’eau et de l’assainissement des eaux des barrages qui approvisionnement 30% des ouagalais, l’assèchement, et la pollution. La direction régionale de l’eau et de l’assainissement du centre pense à des séances de sensibilisation. Il faut passer à l’étape de la répression.

La direction régionale de l’eau et de l’assainissement du centre s’est également souciée de la durée de vie des barrages qui sont largement atteintes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *