Société

Pèlerinage Yagma 2020 : tous ne sont pas là pour la prière

Des objets de piété, de la boisson, des mets divers, il y avait du tout à yagma, cette bourgade située à une dizaine de km à la sortie nord est de la ville de Ouagadougou transformée à l’occasion en un vaste marché en plein air. 

Nathalie Zida est venu de Kolg Naaba pour vendre des objets de piété, croix, chapelet, écharpes, médaillons à l’effigie de la Vierge. “Je suis là depuis jeudi.  Je suis venu pour prier et vendre des objets de piété”, dit-elle.

Boucher, dans la commune rurale de Komsilga, Paul Nikiema  a fait le déplacement non pas pour le pèlerinage, mais plutôt pour le commerce. “Chaque année nous effectuons le déplacement pour venir vendre la viande. Et cette année je vous assure que nous avons vraiment eu peur. Peur en raison de ce qui se passe présentement au Burkina Faso notamment les attaques terroristes. Dieu merci tout se passe bien. Je vends du porc au four. A cause de la peur nous n’avons pas abattu beaucoup d’animaux. J’ai abattu 6 porcs. Mais l’année passée j’ai abattu une dizaine”, indique-t-il.

Certains ont même trouvé l’idée de transformer leur domicile en débit de boissons. “On vend de la boisson. Les gens viennent aussi devant pour vendre la viande. Quand y’a du monde y’a du tout. Depuis le 1er on a veillé. Vous voyez le monde non sous le soleil. Il y’a même pas de place. Ça veut dire que ça va. Nous n’arrivons même pas à gérer les clients”, témoigne Pascal Palé.

Même si l’inquiétude était là en raison de la situation sécuritaire, ils sont nombreux ces commerçants qui  se frottent les mains.

Des milliers de fidèles catholiques ont prié dimanche  pour la paix au Burkina et au Niger lors du pèlerinage à Yagma. Les évêques ont exhorté les fidèles à se départir de tout acte comme l’incivisme la corruption la haine et les querelles fratricides.

Astride Nikiema

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *