Société

Éducation : lancement du projet FASST pour soutenir les zones à “fort défi sécuritaire”

Financé par le gouvernement canadien à hauteur de 7,5 milliards de francs CFA), le projet dénommé « Les Filles accèdent à une scolarisation sécurisée  et à temps (FASST) » a été officiellement lancé le lundi 24 février 2020, à Ouagadougou en présence du ministre de l’Éducation nationale.

Ce projet sera mis en œuvre durant 3 ans dans les régions du Sahel, l’Est, le Nord et le Centre -Nord. Sa mise en œuvre est assurée par Plan Burkina international et la Fondation Strømme Afrique de l’Ouest. « Ce projet vise l’amélioration de l’accès et de la qualité de l’éducation à travers l’appui d’une scolarisation sécurisée et à temps pour les jeunes filles et les adolescentes de 6 à 16 ans. Et ce projet vient comme une contribution aux efforts du gouvernement en matière de scolarisation des élèves dans les zones à fort défi sécuritaire », a indiqué de ministre de l’Éducation Nationale Stanislas Ouaro, présent au lancement du projet.

Plus de 2500 écoles sont fermées, plus de 360 mille enfants touchés et plus de 10 mille enseignants affectés par l’insécurité. A travers ce projet, le canada entend ainsi traduire sa solidarité envers le Burkina.

« Ce projet avec Plan International Canada et la Fondation Strømme vise à offrir une éducation pour ces jeunes déplacés notamment les jeunes filles et les adolescentes pour les aider à terminer l’école primaire, et de manière rapide pour rattraper le temps perdu », a expliqué Carol Mc Queen, ambassadrice du Canada au Burkina Faso.

Le projet compte scolariser 51 mille enfants et adolescents de 6 à 16 ans dont 24 mille filles et adolescentes. De plus, les bénéficiaires indirectes sont 48 mille membres des familles des élèves, 800 enseignants et bien d’autres cibles communautaires et des services étatiques de l’éducation des régions concernées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *