Société

Éducation : des salles de classe en construction dans la région de la Boucle du Mouhoun

Le ministre de l’Education nationale de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues Nationales, Pr Stanislas OUARO a effectué le jeudi 14 novembre 2019 dans la Boucle du Mouhoun une visite du chantier de l’école primaire publique Tikan B. L’Objectif de cette visite était de s’enquérir de l’état d’avancement des travaux de construction de trois écoles dont celle de TIKAN B.

Tout est parti d’un reportage réalisé par la télévision BF1. Dans ce reportage le journaliste attire l’attention des autorités de ce que les élèves de l’école Tikan B reçoivent leurs cours sous des paillotes et certains même sous un arbre.  Si le reportage avait pour vocation d’interpeller, il n’a pas été équilibré, selon le ministre Ouaro, car omettant de préciser que des salles de classes sont en construction dans cette école. C’est donc dans un souci d’équilibrer l’information donnée que la visite commence par l’école TIKAN B.

C’est donc dans un souci d’équilibrer l’information donnée que la visite commence par l’école TIKAN B. « On a été interpellé par un de vos confrères qui est venu faire un reportage ici en montrant les conditions dans lesquelles les élèves sont, des conditions difficiles c’est vrai, mais le reportage de notre part n’était pas équilibré parce qu’il ne montrait pas les réalisations qui sont faites et il ne précisait pas que le bâtiment allait être disponible avant la fin du mois de décembre. Il ne disait pas aussi pourquoi les enfants étaient sous des arbres parce que nous avons détruit une des classes sous paillotes pour pouvoir implanter le bâtiment. Et c’est pour ça que nous sommes venus pour équilibrer l’information et montrer aux gens que le gouvernement n’est pas irresponsable. »

A notre arrivée sur les lieux les trois classes disponibles sont occupées par les aînés notamment les élèves de CM2.

Les plus jeunes élèves, ceux du CP1 sont effectivement installés sous un arbre qui peine à tous les couvrir de son ombre. Deux autres classes sont sous paillotes. Une situation qui ne rend la tâche facile ni aux élèves, ni aux enseignants.

« Les conditions que nous menons ne sont pas faciles. Les élèves sont exposés au soleil et il y’a des maladies. En saison pluvieuse ce n’est pas possible parce que quand il commence à pleuvoir il faut qu’on rejoigne les autres classes », a déclaré Safiatou Forogo une enseignante.

Le ministère en charge de l’éducation a entamé la construction d’un bâtiment de 3 classes pour abriter les élèves sous paillotes. En plus des classes, la réalisation comprend un magasin, un bureau, des latrines et un forage.

Des travaux prévu finir d’ici la fin du mois

 « Conformément à l’engagement du chef de l’Etat d’effacer les paillotes nous avons entrepris la réalisation d’un bâtiment qui a commencé depuis le mois de septembre. Pour l’implantation de ce bâtiment on a été amené à détruire une des paillotes, c’est ce qui fait que des élèves sont sous des arbres en attendant justement que le bâtiment soit réalisé et l’entrepreneur nous a promis de nous livrer le bâtiment à la fin de ce mois totalement équipé », a indiqué Stanislas Ouaro

Après TIKAN B, la délégation a mis le cap sur l’école Massala B, située à 8 kilomètres de Dédougou.

A ce jour, cette école comporte une seule classe construite et les deux autres sont dans des bâtiments d’emprunt disséminés dans le village. Là aussi les mêmes ouvrages sont en train d’être réalisés.

La visite a pris fin avec l’étape de l’école Borakuy B située dans le secteur 5 de Dédougou. Parmi les trois sites visités, cette dernière école a le plus haut taux de réalisation. De quoi satisfaire le ministre de l’éducation.

« On a aussi visité comme 3eme site le site de Borakuy ou vous avez deux écoles, mais pour la deuxième école les 3 classes sont aussi disséminées dans des sites d’emprunt donc nécessitait aussi la réalisation de cette infrastructure. Et à ce niveau c’est le site le plus avancé que nous avons visité où nous sommes presqu’à la fin. Je suis satisfait de ce que je vois … »

Ces travaux rentrent dans le cadre de l’effacement des paillotes affirme le ministre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *