Société

Économie informelle : l’UAS et le BIT réfléchissent sur l’organisation des acteurs

L’Unité d’Action Syndicale (UAS) et Bureau International du Travail(BIT) ont initié un atelier de formation de 72 heures axé sur le rôle des organisations syndicales dans les processus de formalisation de l’économie informelle. L’ouverture de cet atelier a eu lieu lundi 22 juillet à Ouagadougou.

“Rôle des organisations syndicales dans les processus de formalisation de l’économie informelle”, c’est sur ce thème que la trentaine de participants verront leurs capacités renforcées. Cet atelier va leur permettre d’avoir une meilleure connaissance de l’économie informelle pour mieux défendre l’intérêt de ses acteurs.

« L’atelier nous amènera à nous questionner en profondeur l’impact au niveau du monde du travail qui désagrège l’entité formelle de sorte à conduire les travailleurs vers le secteur informel. Poser davantage des questions sur toute cette masse de travailleurs qui sont dans le milieu informel », a déclaré Bassolma Bazié, président de mois des centrales syndicales.

Plus de 93% de la population active au Burkina Faso se trouvent dans le secteur informel, selon l’Institut National de la Statistique et de la Démographie.

« C’est évidemment très parlant de la masse de travailleurs qui se trouve dans cette économie sans droit à la représentation, a de bonnes conditions de travail et de revenu donc c’est quand même énorme, c’est une réalité disons assez sanglante », a affirmé Kattia Parades Moreno, spécialiste principal des activités des travailleurs au BIT.

A l’issu de l’atelier, les conclusions seront formalisées dans un document qui sera transmis aux autorités.

Marina Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *