Actualite Société

Burkina: à la découverte de la carrière de Sagossagasso

La caravane de presse organisée par le ministère des mines et des carrières dans le cadre du mois de la redevabilité dans le secteur minier burkinabè a visité la carrière de granite de Sogossagasso à une trentaine de kilomètre de Bobo-Dioulasso.

Créée en 2017, la carrière de Sagossagasso a été mise en production en novembre 2018. Elle produit en moyenne 1000 tonnes par jour à raison de 100 tonnes/heure pour les produits routiers et 120t/h pour les produits beta. Quatre types de produits qui sont les produits béton, les produits routiers et les ballastes pour les voies ferrées. La carrière compte actuellement 30 emplois directs et environ 50 emplois indirects.

La carrière de Sogossagasso contribue énormément au développement du village. Depuis 2016, il existe un protocole d’accord avec le village qui prend en compte la construction des classes supplémentaires afin de normaliser le CEG qui passera à 7 classes, l’emploi des jeunes, des permis de conduire pour les jeunes et les infrastructures sociales que sont les forages au nombre de 5 dont un au lycée. Toutes les réalisations y compris l’éclairage installé au CSPS et celui du ont un coût total d’environ 200 millions de nos francs. Les classes seront ouvertes à la rentrée scolaire prochaine.

Le Gouverneur de la région des Hauts-Bassins, Antoine Atiou reconnait que “la carrière de Sogossagasso fait beaucoup pour le village et assure vraiment sa responsabilité sociétale au profit des populations“.

Pour le ministre Oumarou Idani, cette carrière “est une de nos belles réalisations dans le sous-secteur des carrières car c’est une carrière qui coûte de l’ordre de 10 milliards de francs CFA et cela fait une grande fierté pour nous”.

Il reconnait toutefois que “nous avons touché du doigt les difficultés qui sont des difficultés de marché. Mais comme vous le savez, dans les travaux publics, les marchés évoluent en dents de scies. Cependant nous pensons que dans les mois à venir, la situation va s’améliorer”.

Avant de se rendre sur le terrain, les journalistes ont eu droit à une communication sur les substances de carrières : potentialités et opportunités de création de richesses et d’emploi au Burkina Faso.

Ibrahim Bayili

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *