Société

Bobo Dioulasso : le groupe humoristique « Gombo.com » promeut la protection de l’environnement

Dans le cadre des 10 ans d’anniversaire, le groupe humoristique « gombo.com », le fan club du musicien Alpha Bondy en collaboration avec le Lions Club Ouaga soleil ont organisé vendredi une opération de promotion de la protection de l’environnement dénommée « Un spectateur, un arbre fruitier ».  Cette opération consiste à remettre à chaque spectateur, un arbre fruitier pour qu’il le plante à la maison.

Dans le cadre des 10 ans d’anniversaire, le groupe humoristique « gombo.com », le fan club du musicien Alpha Bondy en collaboration avec le Lions Club Ouaga soleil ont organisé vendredi une opération de promotion de la protection de l’environnement dénommée « Un spectateur, un arbre fruitier ».  Cette opération consiste à remettre à chaque spectateur, un arbre fruitier pour qu’il le plante à la maison.

De la maison de la culture en passant par la cour royale des bobos, le domicile de monseigneur Anselme Sanou jusqu’à SOS enfant de Bobo, les initiateurs sont passés dans des familles et des institutions pour planter des arbres. Salif Sanfo, promoteur culturel qui a pris part à cette opération explique que cette initiative a pour objectif d’apporter la bonne humeur à la ville de Bobo Dioulasso.

« Deuxièmement, c’est l’hivernage et la journée de l’arbre c’est le 3 août prochain. Et puis le taux de réussite n’est pas assez probant. Si nous reboisons dans les familles et nous confions la gestion des arbres aux enfants, l’arbre va s’épanouir et on aurait éduqué un enfant au respect de l’arbre »

Une initiative saluée par les bénéficiaires. Pour le directeur de la maison de la culture de Bobo, elle témoigne de l’engagement des artistes à contribuer au développement.

« L’arbre est symbole de la chefferie », a affirmé Siaka Sanon, membre de la cour de sa majesté le chef de canton, chef suprême des bobos mandarin. Il ajoute cela permet de suivre l’arbre. Un suivi de l’arbre par un enfant martèle monseigneur Anselme Sanou.

« Autrefois si c’est un garçon, trois rôniers, si c’est une fille on va planter des karités.  Ce qui fait que la végétation était toujours renouvelée.»

Les initiateurs invitent la population à emboîter le pas.

Antoine Boni, radio Oméga Bobo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *