Politique

Rencontre Guillaume Soro/Salif Diallo : « c’était important que nous puissions nous retrouver » (Guillaume Soro)

Au moins pendant 2h, les deux présidents d’Assemblée, Salif Diallo du Burkina et Guillaume Soro de la Côte d’Ivoire ont échangé mardi au Luxembourg lors d’une rencontre qui marque un tournant dans les relations entre les deux hommes. Ils se sont rencontrés à la faveur de la 43e session de l’Assemblée parlementaire de la francophonie (APF).
Rien n’a filtré de la conversation entre Salif Diallo et celui qui était entre temps recherché par la justice Burkinabè pour son implication présumée dans le putsch du Rsp en 2015. « J’étais personnellement demandeur de cette rencontre parce que je considère que les relations historiques qui lient non seulement nos deux pays mais qui lient aussi nos deux institutions et au-delà, qui lient nos deux personnes, exigeaient, nécessitaient et méritaient que nous puissions avoir un entretien », a déclaré M. Soro au 20h de la télévision nationale avec à ses côté son homologue burkinabè.
« J’ai eu l’occasion de longuement revenir sur des épisodes de notre vie, de notre relation et je suis très heureux et de la façon la plus sincèrement que mon aîné Salif Diallo, même si nous ne nous étions pas parlés, avait compris, parce qu’il me connait du fond du cœur que c’était important que nous puissions nous retrouver », a fait savoir le Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire. « Et nous retrouver dans l’intérêt pour nos deux familles mais aussi pour nos deux pays », a terminé Guillaume Soro.
M. Soro a été visé par la justice burkinabè pour son implication présumée dans le putsch de 2015, notamment à travers des échanges téléphoniques supposés entre lui et l’ancien ministre des Affaires étrangères Djibril Bassolé. Dans cet échange, une voix attribuée à Guillaume Soro suggérait l’élimination de Salif Diallo et Cherif Sy, alors président du CNT, le parlement sous la Transition. M. Bassolé lui est incarcéré depuis lors à la Maison d’arrêt et de correction des armées (MACA).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *