Politique

Procès putsch 2015: “Que les gens cessent de dire que c’est le parquet qui a forgé ces écoutes” (Parquet militaire)

“Que les gens cessent de dire que c’est le parquet qui a forgé ces écoutes. Quand les pièces sont arrivées devant le juge d’instruction, aucun élément du parquet n’y était d’ailleurs”, a laissé entendre le parquet militaire à l’ouverture de l’audience du vendredi 22 mars 2019.

Répondant au parquet, Me Stéphane Ouedraogo avocat de la défense a déclaré que “les écoutes ne peuvent en aucun cas être attribuées au journaliste Adama Ouedraogo dit Damis”, puis ce que le téléphone de son client a fait l’objet d’expertise, et il n’est ressorti nulle part que c’est son numéro qui a communiqué avec le général “. Il poursuit en disant que “même le juge d’instruction qui cherche des éléments à charge contre son client dit que les écoutes ne le sont pas”. “Ce n’est pas le parquet qui va le dire”, ajoute-t-il.

Pour l’avocat du journaliste, on tombe dans une sorte d’inversion de la preuve, car affirme-t-il : ” on écoute des éléments et on les attribue à mon client pour lui demander ensuite de prouver le contraire??, Ce n’est pas comme ça que ça marche.” “C’est au parquet de prouver que les éléments sont de mon client”, ajoute Me Stéphane Ouedraogo.

Et répondant à l’avocat de Damis sur l’inversion de la charge de la preuve dont il fait cas, le parquet indique que, “ce n’est pas une inversion, mais si la défense pense le contraire qu’elle le prouve”. “Vous pouvez même demander l’expertise”, poursuit-il.

L’audience se poursuit.

Mohamed Nakanabo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *