Politique

Procès pustch de 2015: La défense de Djibrill Bassolé enchaîne les arguments

La défense de Djibrill Bassolé enchaîne les arguments contre les écoutes téléphoniques supposées entre le général et d’autres interlocuteurs dont le président ivoirien de l’Assemblée nationale Guillaume Soro. Ce lundi, ses avocats ont soutenu que les enregistrements existaient avant même qu’une procédure judiciaire soit ouverte. Selon Me Antoinette Ouédraogo, dès le 25 septembre 2015, après le 1er conseil des ministres post coup d’Etat, le Premier ministre Isaac Zida avait fait écouter 2 enregistrements à des membres d’un comité de crise qu’il avait mis en place. « Les éléments qui figurent dans votre dossier étaient déjà disponibles le 25 septembre 2015, alors qu’aucune juridiction n’avait été saisie du dossier », fustige l’avocate. Plus grave selon Me Dieudonné Bonkoungou, la date de ces éléments sonores posent problème. « Comment peut-on comprendre que Isaac Zida fasse écouter ces éléments à son comité de crise le 25 septembre alors que ces éléments dans le dossier sont datés du 27 septembre ? a-t-il questionné. Et il soutient que le juge d’instruction a refusé d’investiguer pour en savoir davantage. En tous les cas, ces avocats accusent Isaac Zida d’avoir fabriqué ces écoutes supposées et de les avoir remis aux officiers de police judiciaire de la gendarmerie. « Les éléments qu’on vous a donnés sont des éléments de confection, de fabrication, de manipulation », a déclaré Me Antoinette Ouédraogo au Tribunal. Me Yérim Thiam, lui, est revenu sur les propos de son client qui disait être plus favorable à un arrangement en lieu et place de ce procès. Il avait suggéré que l’Etat indemnise les blessés et familles de victimes.

Me Prosper Farama avait trouvé cela scandaleux, disant que les victimes avaient plutôt besoin de justice. Me Yérim Thiam a rappelé que le Cedeao avait proposé à l’Etat une somme de 500 mille dollars à cet effet. « Ce qui serait scandaleux, dit-il, ce serait si cela est avéré, que l’Etat reçoive ces 500 mille dollars et qu’il le conserve dans sa poche ».

Abdoul Fhatave Tiemtoré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *