Actualite Politique

Ouagadougou- Session délocalisée Conseil municipal :les manifestants dispersés à coup de gaz

La police a fait usage de gaz lacrymogène dans la salle du palais de la culture Jean-Pierre Guinguané pour disperser les manifestants venus perturber la session municipale délocalisée de la commune de Ouagadougou ce lundi matin. Malgré le tintamarre de hurlements et coups de sifflet des manifestants aux abords de la salle, la vérification des présences a été faite. Le maire de la commune de Ouagadougou, Armand Beouindé, a indiqué que le quorum est atteint avec 134 présents sur 254 conseillers que comptent la commune.

Le compte administratif gestion 2019 et le budget supplémentaire gestion 2020 ont été adoptés sous les acclamations des 134 conseillers présents et aussi sous les coups de sifflets et des hurlements des manifestants.

“Beouinde dégage”, “Beouindé prison”,… C’est entre autres ce qu’on peut lire sur les pancartes de la cinquantaine de manifestants devant le Palais de la culture Jean Pierre Guinguané où le Conseil municipal de la Commune de Ouagadougou tient une session délocalisée.

Un dispositif sécuritaire est déployé dans l’enceinte du Palais. “Nous sommes venus suite à une convocation du maire pour la session. A notre grande surprise, il y a un grand dispositif sécuritaire. Nous sommes empêchés par les policiers d’avoir accès à la salle. Seul les militants du MPP ont droit à la salle. Nous ne savons pas pourquoi on nous empêche. Est ce qu’il a peur qu’on aborde des questions embarrassantes” a indiqué Alban Zoungrana, président groupe municipal UPC. Des conseillers de l’opposition se concertent sur la conduite à tenir.

C’est le journal d’investigation «Courrier confidentiel » qui a révélé en février 2020 l’affaire dite d’ «acquisition de 77 véhicules par la mairie centrale de Ouagadougou ». Selon le journal, le maire de Ouagadougou Armand Beouindé a des intérêts économiques avec l’entreprise attributaire du marché de véhicules par crédit bail pour un montant de 4,6 milliards de francs cfa.

Un magistrat Narcisse Sawadogo et un intermédiaire Alassane Bagagnan ont été arrêtés pour tentative d’escroquerie sur le maire de Ouagadougou en lui réclamant 70 millions FCFA pour le tirer d’affaires selon des audios qui circulent sur la toile, enregistrés par Armand Beouinde himself.

Farida Thombiano

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *