Politique

Justice: L’ONU demande la libération immédiate de Djibril Bassolé

Le groupe de travail sur la détention arbitraire de l’ONU s’est penché sur le cas de Djibril Bassolé lors de sa 78eme session. Conclusions des experts de l’ONU: la détention de Djibril Bassolé est arbitraire. Par conséquent le groupe de travail demandé au gouvernement burkinabè de libérer immédiatement M. Bassolé et de lui accorder le droit d’obtenir réparation.
L’ancien ministre des Affaires étrangères burkinabé, poursuivi pour son implication présumée dans le putsch avorté de septembre 2015, est en détention préventive depuis près de deux ans dans l’attente d’un procès. Ces avocats qui dénoncent un fonctionnement anormal de la justice burkinabé dans ce dossier et ont saisi en septembre dernier le groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire. Fort des précédents que constituent notamment les cas de Karim Wade au Sénégal ou de Michel Thierry Atangana au Cameroun, les avocats de l’ancien ministre burkinabé espéraient obtenir de ce groupe de travail qu’il interpelle le gouvernement sur le caractère arbitraire de la détention préventive de leur client, sous les verrous depuis le 29 septembre 2015.
Ils ont donc eu gain de cause. Les experts des Nations unies ont enquêté sur le contexte de la détention de Djibrill Bassolé et estimé que cette détention est arbitraire. Raison pour laquelle ils demandent de libération immédiate.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *