Politique

Extradition François Compaoré : « Nous serons extrêmement vigilants sur la sincérité des éventuelles pièces à venir» (avocats de la défense)

« La Cour a demandé des éléments matériels précis qui seraient de nature à impliquer directement François COMPAORE dans la commission des quatre assassinats ». C’est ce qu’a indiqué mercredi dans un communiqué les avocats de François Compaoré auditionné mercredi 13 juin 2018 par la chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Paris. Cette audition est liée à une demande d’extradition formulée par la justice burkinabè dans la cadre de l’assassinat(en 1998) du journaliste Norbert Zongo et de ses trois compagnons.

Selon les conseils de M.Compaoré, la cour a stigmatise? la carence factuelle et juridique du dossier en ce sens que :

« Si l’Etat requérant reproche à Paul François COMPAORE, l’infraction d’incitation à assassinat, les éléments exposés, qui reposent sur des affirmations et des présomptions des autorités requérantes, sont insuffisants à caractériser des faits matériels précis qui pourraient lui être imputés dans les assassinats objet de l’enquête ; qu’à ce jour, la Cour ne dispose pas d’éléments suffisants relatifs à la matérialité des faits imputés à François COMPAORE ».

La cour ordonne au Burkina Faso de produire des preuves matérielles, pour le 3 octobre

«Nous serons extrêmement vigilants sur la sincérité des éventuelles pièces à venir» ont martelé les avocats. Pour eux, il est pour le moins surprenant qu’après un an de procédure, et deux renvois, l’Etat burkinabè n’ait pas été en mesure de produire le moindre élément matériel précis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *