Actualite Internationale Politique

Côte d’Ivoire: “occasion historique manquée “, “exclusion”, ” coup d’État “; la liste du Conseil constitutionnel critiquée par des candidats

” J’ai pris acte de la validation de ma candidature par le Conseil constitutionnel. Je dénonce cependant la validation de la candidature inconstitutionnelle de Monsieur Alassane Ouattara et l’exclusion arbitraire et antidémocratique de leaders politiques majeurs notamment Soro, Gbagbo et Amon Tano” a tweeté Henri Konan Bédié. Laurent Gbagbo et de Guillaume Soro pour qui le désormais présidentiable Pascal Affi N Guessan a également une pensée.


“Le Conseil Constitutionnel a raté aujourd’hui l’occasion historique de marquer son indépendance. Je condamne avec la plus extrême fermeté la spirale de l’exclusion dans laquelle s’enfonce la Côte d’Ivoire” a indiqué Affi N’Guessan.


C’est par vidéo postée sur YouTube que Simone Gbagbo a réagi à la proclamation de la liste des candidats. Elle y invite la classe politique ivoirienne à s’assoir et discuter des conditions et des critères des élections à venir afin qu’elles soient justes, consensuelles et apaisées.


“Je conteste vigoureusement la décision injuste et infondée prise ce lundi 14 septembre 2020 par le Conseil Constitutionnel. Je considère que c’est une décision inique, politiquement motivée, juridiquement boiteuse et qui s’inscrit dans une logique d’anéantissement de la démocratie et l’Etat de droit” s’est indigné Guillaume Soro sur son compte Facebook. Pour L’ancien président de l’Assemblée nationale ivoirienne, le Conseil Constitutionnel sous Mamadou Koné vient ainsi de cautionner, et cela sans surprise, “la forfaiture et le parjure de M. Alassane Ouattara, consacrant ainsi la soumission du Droit et de la Justice à la férule du RHDP et de son Président. Nous ne pouvons accepter ce Coup d’Etat acté par le Conseil constitutionnel.”


“Dans ces circonstances, j’annonce que nous engagerons une étape nouvelle de notre combat pour la démocratie dans notre pays. Elle sera âpre mais nous la gagnerons sans aucun doute. ” conclut Guillaume Kigbafori Soro.
Également écarté de la présidentielle du 31 octobre, Abdallah Toikeusse MABRi tire à boulets rouges sur le Conseil constitutionnel.


“Alassane Ouattara et des institutions qui viennent de briser définitivement le petit lien de confiance avec les ivoiriens, ont choisi les adversaires susceptibles, selon eux, de favoriser l’avènement du 3ème mandat. La Côte d’lvoire continue de plonger dans la crise. La lutte continue pour sauver la Côte d’lvoire, notre seul pays” a commenté sur les réseaux sociaux l’ancien ministre ivoirien des affaires étrangères.


La réaction de Mamadou Koulibaly ne s’est pas faire attendre également : «Nous accueillons la décision du conseil constitutionnel avec consternation mais surtout avec grande commisération pour les gens de robe de Côte d’Ivoire. Ils auront si souvent abandonné leurs concitoyens.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *